Pastoralisme

PDF

Envoyer par mail

Envoyer par mail


Séparés par des virgules
Vous êtes ici :

Pastoralisme

 

 

Groupement Pastoral du Mont-Né. Vue depuis le Mont-Né sur les estives

La Vallée d'Oueil est depuis toujours une vallée à vocation pastorale. Les estives du Mont-Né accueillent chaque année de nombreux troupeaux de brebis et de vaches .

 

 

 

Brebis en Vallée d’Oueil.
Race allaitante Tarasconnaise

C'est une race ovine de taille moyenne : 65 cm pour 60 kg pour la brebis et 80 cm pour 80 kg pour le bélier. La tête est grosse, blanche et cornue dans les deux sexes. Les cornes sont grosses et en spirale chez le mâle et fines chez la femelle. Le chanfrein est légèrement busqué, et les oreilles moyennes et horizontales. Ses membres forts lui confèrent une bonne aptitude à la marche lui permettant de transhumer facilement. La toison blanche, composée de laine fine serrée et sans jarre d’une longueur de 5 à 10 cm ,lui permet de s’adapter aux chocs climatiques. Sa capacité à mobiliser ses réserves corporelles lui permet aussi de supporter des périodes de restriction alimentaire. Sa bonne aptitude au dessaisonnement, nécessaire à une bonne conduite en montagne (agnelage d’automne et hivers dans les vallées) est aussi utilisée par les éleveurs du piémont pour accroitre la productivité des troupeaux par accélération du rythme d’agnelage (3 agnelages en 2 ans).

Historique

La Tarasconnaise fait partie des races pyrénéennes à laine frisée que l'on trouve dans les Pyrénées centrales. Elle est issue d'une population très ancienne venue de Syrie. Elle a été souvent métissée ; d'abord avec des Mérinos d'Espagne, améliorant la finesse de la laine, puis avec des races britanniques, améliorant la conformation de carcasse et la vitesse de croissance. Grâce à ces croisements, elle s’est différenciée des autres races de sa famille (Castillonaise et) et est devenue la race allaitante la plus rentable des Pyrénées. La première organisation collective remonte à 1937 avec la création à Foix de la fédération ariégeoise des syndicats d’élevage de la race ovine Tarasconnaise. En 1975 est crée l’UPRA qui sera reconnue en 1982. En 2008, l’UPRA s’est transformé en organisme de sélection reconnu par le Ministère de l’agriculture pour l’ensemble des races ovines allaitantes des Pyrénées centrales.

Géographie

A partir de son berceau situé dans la vallée de Tarascon sur Ariège, qui lui a donné son nom actuel, la race s’est développée pour constituer aujourd'hui l'essentiel du troupeau ovin dans le massif des Pyrénées sur les départements des Hautes-Pyrénées, de Haute-Garonne et d’Ariège.

Système d'élevage - type de production

Souvent associée à des bovins allaitants dans les exploitations agricoles, la Tarasconnaise est généralement élevée dans des systèmes transhumants avec montée et descente d’estive graduelle :  les troupeaux sont gardés en bergerie de novembre à mars où ils sont nourris à base de foin récolté en fond de vallées pendant le printemps. A partir du mois de mars, dès le démarrage de la pousse de l’herbe, les troupeaux montent sur les zones intermédiaires situées entre 800 et 1200 m d’altitude, allant de grange en grange pour atteindre l’estive au-delà de 1 200 m à partir de juin. Au mois de septembre les troupeaux font le chemin inverse en séjournant sur les zones intermédiaires avant de rejoindre le fond de vallée au mois de novembre. La lutte qui commence avant la montée en estive se poursuit pendant l’été. Les agnelages sont très étalés sur une période allant de septembre à mars. La production traditionnelle de la race reste celle du broutard, animal âgé de 6 à 10 mois et de poids vif de 35 Kg vendu à la descente d’estive. Si les ressources de l’exploitation le permettent certains agneaux seront engraissés pour la production d’agneau de boucherie.